FAIRE UN DON

Voici comment vous pouvez nous soutenir

Étude clinique pour l’amélioration du traitement des enfants et des adolescents

Les neuroblastomes sont des tumeurs malignes solides qui apparaissent essentiellement dans la région abdominale et près de la moelle épinière dans le thorax, le cou ou le bassin. Comme ils trouvent leur origine dès le développement prénatal (embryonnaire), ils surviennent surtout dans la petite enfance. Les neuroblastomes représentent environ 7 pour cent de tous les cancers affectant les enfants et les adolescents.

Le cancer peut être difficile à traiter s’il s’est déjà propagé (a formé des métastases) dans l’ensemble du corps ou s’il s’accompagne de certaines propriétés biologiques. Ce cas de figure est très fréquent pour les neuroblastomes car ils sont souvent découverts tardivement. Les médecins nomment ce cas de figure un neuroblastome de haut risque.

Au fil des ans, le pronostic des patients atteints de ce type de cancer s’est progressivement amélioré grâce à un traitement qui combine chimiothérapie, opération et radiothérapie. Néanmoins, les perspectives de guérison des enfants et adolescents atteints d’un neuroblastome de haut risque restent défavorables. La nouvelle étude clinique HR-NBL2/SIOPEN vise donc à définir la meilleure stratégie thérapeutique possible pour améliorer encore les chances de guérison des patients souffrant d’un neuroblastome de haut risque.

Cette étude est menée en Suisse sous la direction de la Professeure Maja Beck Popovic. Cette dernière souligne l’importance de l’étude en raison des réponses qu’elle devrait apporter à des questions scientifiques fondamentales : est-il avantageux ou non après une opération d’opter pour une chimiothérapie plus intensive avec greffe de cellules souches ? Elle permettra également l’introduction de traitements ciblés avec de nouveaux médicaments pour les patients atteints d’un neuroblastome qui présente des caractéristiques spécifiques du tissu tumoral.

L’étude qui a déjà pu être lancée à Aarau, Lausanne, Saint-Gall et Zurich prendra en charge des patients dans d’autres cliniques membres du SPOG dans les prochaines semaines.

«L'étude HR-NBL2/SIOPEN tente de cibler plus spécifiquement les cellules tumorales des neuroblastomes».