FAIRE UN DON

Voici comment vous pouvez nous soutenir

Cancer de l’oeil chez l’enfant : 
un diagnostic précoce peut sauver des vies 

Interview avec la Pre Maja Beck Popovic, médecin-cheffe en oncologie pédiatrique au CHUV de Lausanne

95% des enfants atteints d’un cancer de l’oeil peuvent être guéris. Un diagnostic précoce augmente significativement les chances de pouvoir sauver l’œil de l’enfant et d’éviter une radiothérapie. L’association Cancer de l’Enfant en Suisse s’est fixé pour objectif de sensibiliser le public à la détection précoce du rétinoblastome chez l’enfant.

Porträt Maja Beck Popovic

Un diagnostic précoce est essentiel, car il augmente les chances de guérison. Pour Maja Beck Popovic, Professeure et spécialiste du cancer au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) de Lausanne, assurer la meilleure qualité de vie possible pour les enfants concernés est à la fois une priorité et un défi. Maja Beck Popovic exerce des activités cliniques et thérapeutiques et est responsable du traitement et du suivi des enfants malades.

 

Pre Beck, comment peut-on reconnaître un rétinoblastome? A quoi les parents doivent-ils faire attention ?

Il y a deux symptômes typiques du rétinoblastome :

  • Le premier est un reflet blanc que les parents peuvent observer au niveau des yeux. Ce reflet peut aussi être uniquement passager et survenir au niveau d’un oeil ou des deux. On peut souvent le voir sur les photos.
  • Le deuxième symptôme d’un rétinoblastome est le strabisme. Un enfant de plus d’un mois ne devrait plus loucher.

 

Comment traite-t-on un rétinoblastome? En quoi les options ont-elles évolué au cours des dernières années ?

Les tumeurs de petite taille sont traitées localement (au niveau de l’oeil) par un ophtalmologue. Il y a alors trois possibilités de traitement: 

  • la cryothérapie basée sur le froid
  • la thermothérapie basée sur l’utilisation de la chaleur
  • le traitement au laser

Chez les enfants très jeunes ou lorsque les deux yeux sont touchés, une chimiothérapie préalable par voie intraveineuse est souvent nécessaire. Mais j’aimerais surtout mentionner ici les tout derniers traitements, à savoir la chimiothérapie intra-artérielle et le traitement intravitréen. Dans le cadre de la chimiothérapie intra-artérielle, le médicament est administré via un cathéter dans l’artère ophtalmique, directement à proximité de la tumeur, et pour le traitement intravitréen, le médicament est administré directement dans le corps vitré. Ce traitement est nécessaire lorsque la tumeur s’est déjà propagée à l’ensemble de l’oeil.

Ces nouveaux traitements sont menés dans des centres ultraspécialisés. A cet égard, le CHUV de Lausanne collabore également avec les centres du Groupe d’oncologie pédiatrique suisse (SPOG) et fait partie des membres fondateurs du groupe européen sur le rétinoblastome créé en 2014. Nous oeuvrons au développement de ces traitements conservateurs en collaboration avec le Professeur Francis Munier, médecin-chef en oncologie ophtalmique pédiatrique à l’Hôpital Ophtalmique de Lausanne. De tels traitements permettent de conserver l’oeil et d’éviter la radiothérapie. Par conséquent, un diagnostic précoce peut avoir une influence considérable sur la qualité de vie des enfants concernés.

Retourner à la campagne